🗞 News

Michel Boujenah donne son avis sur Imparato

Damien

25 mai 2018

🕓 6 minutes

intervention pendant le festival de Cannes 2018

Lors du 71ème Festival de Cannes, la Métropole Nice Côte d'Azur nous a donné l'opportunité de venir présenter notre projet Imparato devant un parterre de professionnels du cinéma. Notre intervention s'est faite devant notamment Mr Michel Boujenah qui nous a fait l'honneur de dire tout le bien qu'il pensait d'Imparato (à partir de 7'36'')

Vidéo sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=CRquwtLgpu4

Retranscription de la vidéo :

Imparato, c'est le nom de la startup.

C'est par des comédiens, pour des comédiens. Alors on est de Marseille, quatre amis qui montons sur les planches depuis une quinzaine d'années sur Marseille. Michel le disait un peu tout à l'heure. Le métier d'acteur ou le jeu, finalement, qu'on soit professionnels ou amateurs, c'est quelque chose qui vous choisit. C'est une chose qui nous a choisis. On aime monter sur scène, incarner des personnages, mais comme beaucoup de comédiens, on a toujours un petit problème sur l'apprentissage de notre texte. C’est Long. C'est toujours un peu pénible et il y a quelques mois on a eu l'idée de bricoler un petit prototype d'une application d'un service qui permettrait aux comédiens de travailler en toute autonomie son texte, Imparato est une application qui vous donne la réplique. Lorsque vous apprenez votre texte, comment ça marche alors? Comment ça marche? En fait, vous avez votre texte sur votre téléphone portable. Et puis, Imparato va repérer sur le texte toutes les répliques, tous les comédiens, va générer des voix pour ses répliques et pour chaque comédien.

Et vous, quand vous lancez ce qu'on appelle une Italienne pour avoir quelqu'un qui vous donne la réplique rapidement? Pour vraiment faire travailler la partie mémoire, l'application va vous faire entendre les répliques des autres personnages, comme si on répétait que les autres? Exactement. Plutôt que d'embêter sa femme, ses enfants sont son conjoint. Vous êtes dans le métro. Vous êtes dans le train? Vous attendez chez le médecin? Vous mettez votre casque et l'application vous donne la réplique. Travaillez votre texte comme ça rapidement. C'est formidable. Connecter sur la voiture, du coup, tout ça. Exactement. Et c'est vrai qu'on a eu une demande de quelqu'un. Mais moi, je passe toujours beaucoup de temps en voiture. J'aimerais que l'application puisse me faire entendre les répliques de mon texte. Pendant que je conduis, on lui a câblé cette fonctionnalité et quand il est en voiture, il entend son texte qui défile. Il donne ses répliques. C'est génial, donc ça permet vraiment d'apprendre son texte. Mais comment vous faites connaître vous alors? Vraiment? Mais par exemple, en étant ici avec ça, c'est un premier pas.

Sur l'ensemble de nos réseaux. Lundi matin, dans Nice-Matin, il y a une belle résonance.

Un bon exemple, c'est quand on est ici, tout simplement parce qu'on est présents sur le site de la French Tech Marseille. On a une petite visibilité, mais qui permet d'être repérés comme ça, qu'on nous a connectés. Et puis, c'est vrai qu'on cherche des relais de diffusion, donc on cherche des ambassadeurs connus. Mais alors, j'ai une petite anecdote. En fait, Charles Berling, qui a été un des premiers utilisateurs de notre application, qu'on a rencontré il y a quelques mois, Charles. Et quand on lui a parlé du projet et de ce que faisait l'application, il a commencé par nous dire ce que vous savez, qu'en fait, les vrais comédiens n'apprennent jamais leur texte, ils le ressentent. Oui, OK, donc, il nous a expliqué pendant quelques minutes qu'effectivement, ce type de service ne serait pas forcément utile parce que c'est vrai que lui travaille beaucoup sur scène et qu'il a l'apprentissage dans le geste du jeu et pas forcément devant sa feuille blanche. Ce que je veux bien croire, il se trouve qu'au bout de quelques minutes, on a quand même fait une démonstration du service Imparato et là, il s'est arrêté quelques secondes et il l'a fait. Alors, je prépare la pièce Art de Yasmina Reza pour dans quelques mois, puisqu'on était à la fin de l'été dernier, J'aimerais que vous mettiez votre application sur mon téléphone portable. Mais c'est vrai que ça a été un des premiers utilisateurs

Votre application vise uniquement des comédiens. Vous avez d'autres d'autres cibles possibles en France, alors?

Je n'aime pas trop le mot cible. J'ai préféré le mot plaisir à qui on fait plaisir. C'est vrai qu’on fait plaisir aux comédiens qui y trouvent un moyen d'être, de travailler leur texte en toute autonomie. Mais on fait plaisir aussi à leurs troupes puisqu'avec partout, on va synchroniser toutes les modifications de textes qui sont fait toujours. Il y a le metteur en scène qui dit Ah, au fait? Je ne sais pas s'il y a eu, mais depuis la dernière fois qu'on s'est vu ta réplique, la tu l'a dit à ce moment là, tu as dit cinq pages plus bas, le texte que tu as appris, ça a changé. En fait, on synchronise tous les textes et toutes les répliques de tous les comédiens instantanément, en une seule modification. Tous les comédiens ont la dernière version de texte, qui est toujours un peu un peu compliquée.

Est ce qu'on peut faire évoluer cela aussi avec la gestuelle? Qu'il n'y a pas que le texte dans le cinéma. Et il y a aussi le comportement.

Oui, oui. De la même façon qu'un comédien quand il a son texte papier. Dans la marge, au Stabilo de sa réplique ou marque, il faut que je rentre en colère. Il faut que je rentre à quatre pattes quel que soit la pièce qui travaille. En fait, l'application va permettre de prendre aussi ses notes de mise en scène et de les partager. Et pour finir, sur votre question aussi à qui on faisait plaisir? On s'est dit aussi qu'on pourrait éventuellement faire plaisir aux auteurs en leur offrant finalement un vecteur de diffusion de leurs œuvres. Il y a beaucoup d'auteurs de théâtre, notamment locaux, à qui on aimerait proposer le fait de pouvoir mettre sur notre plateforme leur texte et de dire voilà la personne qui installe l'application ils y ont instantanément accès. Parce que c'est vrai, je n'en ai pas parlé, mais à tout le répertoire du domaine public, les Molière et Labiche et tous les grands auteurs. Et pourquoi pas aussi proposer des textes plus contemporains? Quel modèle économique de cette application? On cherche, on est en plein dans le modèle économique. Il est un peu compliqué. On s'adresse à des comédiens. On cible principalement les amateurs pour l'instant, mais c'est ouvert aux professionnels. On imagine un abonnement qui va permettre de brancher ce service de répétition sur un texte par an, par exemple. Pour les amateurs, mais de proposer aussi aux productions ciné télé le service de pouvoir aider leurs comédiens dans la répétition du texte avec un abonnement annuel par comédien, par exemple. Ce genre de choses.

Quelles sont les voies qui donnent la réplique?

Oui, par défaut, c'est une voix synthétique qui est très droite et qui permet justement de pas trop s'enfermer dans une intention. Lorsqu'on apprend un texte qui est assez important, parce que quand on apprend son texte, on n'est pas dans le personnage, on essaie vraiment de l'apprendre très droite, mais on a la possibilité. Chaque comédien a la possibilité de remplacer cette voix synthétique par sa propre voix. Et dès qu'il l'enregistre, la voix est partagée à tous les autres comédiens qui peuvent répéter du coup avec la voix des gens qui seront sur scène. C'est comme l'enregistrement de la voix Tom-Tom, c'est le même principe. Oui, elle est un peu plus jolie que TomTom. Mais oui, voilà exactement. Pourquoi pas aussi, peut être voir des comédiens qui pourraient, par exemple poser leur voix réplique avec quelqu'un de super connu. Imaginer de travailler trois hommes et un couffin avec Michel Boujenah

Michel Boujenah :
- Elle est tout à fait intéressante aussi pour les tournages de cinéma. Dans la mesure où, souvent, dans la nuit ou la veille ou dans la journée, on change du texte dont il faut absolument communiquer ce texte à toute l'équipe.

On a eu le même retour, on a approché Plus belle la vie, avec qui on va faire un petit petit test grandeur nature dans quelques semaines ou justement, ils ont cette problématique. Des modifications de texte sont assez récurrentes et il y a des gens qui sont payés pour envoyer la dernière version du texte et appelé chaque comédien en disant attention pour le tournage de demain. Il y a une appli qui a changé.

J'espère leur faire plaisir et leur rendre service. Denis a une dernière question quels sont les soutiens en région qui vous ont permis de décoller?

C'est décisif sur la culture qui est sur Arles nous a donné l'opportunité l'année dernière de faire avec l'incubateur oblige, le Living Lab sur Avignon sur Avignon, qui nous a permis de confronter un peu ce qui n'était alors qu'un concept l'été dernier, justement sur le festival, d'aller rencontrer des compagnies, des auteurs, des comédiens et de leur parler un peu de notre idée et de ce qu'on avait en tête. Et de voir si ici, il y avait possibilité de faire quelque chose. La French Tech culture, la French Tech. Globalement, sur Aix-Marseille aussi vous donne une visibilité. Et puis, on est incubée par l'incubateur de la Belle de Mai. Ça, c'est important. Voilà qui est un acteur aussi sur Marseille et qui nous aide, qui nous accompagne et qui lui fait profiter de son réseau.